top of page
IMG_2220.jpg

COMMENT FAIT-ON ?

Comment fait-on ?: Ce que nous faisons

MÉTHODE :

Si ce n’est pas une science exacte comme les mathématiques, elle ne s’apparente pas aux arts divinatoires ! 

En s’appuyant sur des principes et des fondements stables et universels, elle nécessite la mise en oeuvre d’une méthodologie rationnelle, technique, précise dont les règles sont bien établies et doivent être respectées pour une analyse fiable. 

Nombre de scientifiques, médecins neurologues ou psychiatre, d’ingénieur se sont intéressés à la graphologie en étant parfois graphologues eux-mêmes.

Cette méthode est donc transmissible et si plusieurs approches psychologiques s’offrent au graphologues, la technique préalable d’observation est assez standardisée.

Un signe graphique observé n’a pas de signification en lui-même, il ne trouve son sens que dans le contexte graphique dans lequel il se situe. Le graphologue ne l’interprète qu’en le replaçant dans la globalité du tracé et dans sa dynamique.

DOCUMENTS ET INFORMATIONS NÉCESSAIRES :

  • Au minimum un document manuscrit original, daté, signé, écrit sur un papier sans ligne. Ce doit être un original, ni un fax, ni une photocopie.
    Tout autre document supplémentaire, notes, brouillon, etc sont bienvenus.

  • Connaissance de l’âge du sexe de la personne ainsi que son niveau de formation, droitier ou gaucher.

  • Pour une analyse dans le cadre professionnel, le CV du (de la) candidat(e), le profil de poste et tout élément utile lié à l’entreprise et au domaine d’activité.

COMPÉTENCES DU GRAPHOLOGUE :

  • Une bonne formation.

  • Des connaissances solides en psychologie pour comprendre les mécanismes de la personnalité.

  • Il faut des qualités d’observation, de précision et de rigueur.

  • Des capacités d’analyse et de synthèse.

  • Rester objectif sans faire de projections, bien se connaître pour cela.

  • Des qualités de rédaction.


MARGE D'ERREUR :

Cependant c’est une science humaine et donc comme toute science humaine elle peut comporter une marge d’erreur.

Pour limiter cette marge d’erreur, il faut donc :

  • S’assurer de la formation du graphologue.

  • Se soumettre à l’exigence des documents nécessaires.

  • Se méfier de tarifs trop attractifs pouvant laisser penser que le graphologue ne passera peut-être pas le temps nécessaire à une bonne analyse. 

Comment fait-on ?: À propos
bottom of page